NOTRE FONDS D'URGENCE

AGIR POUR PROTEGER

Le Fonds d’Urgence

Créé moins d’un an après la Déclaration des Nations-unies pour la protection des défenseur∙se∙s des droits humains, le mécanisme de Fonds d’Urgence pour les défenseur∙se∙s en danger d’Agir ensemble est historiquement le premier fonds français dédié à cette cause.

Depuis sa création en 1999, le Fonds d’Urgence a assisté plus de 700 défenseur∙se∙s menacé∙e∙s ou persécuté∙es en raison de leur lutte pour les libertés et droits fondamentaux à travers le monde. 

Prenant en compte que les défenseur∙se∙s des droits humains sont de plus en plus persécuté∙e∙s et menacé∙e∙s, le Fonds d’Urgence a pour mandat de fournir une assistance financière adaptée aux besoins des défenseur∙se∙s en danger et d’assurer un suivi régulier de la situation de chacun∙e d’entre eux/elles.

0
défenseur·se·s soutenu·e·s depuis 1999

Agir pour protéger les défenseur·se·s des droits humains

Les chiffres du Fonds d'Urgence depuis 2018

41 défenseur·se·s soutenu·e·s dont

72 %

d'hommes

22 %

de femmes

6 %

d'organisations

Les défenseur·se·s du Fonds d'Urgence vivent à :

72 % en Afrique

18 % en Asie

10 % en Amérique Latine

26 mises
en sécurité

11 aides de subsistance

5 aides
médicales

3 actions
de plaidoyer

JSTICE

5 assistances juridiques

star

3 aides exceptionnelles

ACTUS DU FONDS D'URGENCE

Communiqué de presse – Libérer et protéger journalistes et défenseur.se.s des droits humains en République du Congo

Brazzaville, Lyon, Paris, Genève, 29 mars 2021 Nos organisations restent très préoccupées par la situation du défenseur des droits humains Dr. Alexandre Ibacka Dzabana toujours retenu incommunicado et de façon arbitraire depuis le 11 mars dans les locaux de la Centrale d’intelligence et de la documentation (CID), ex-Direction générale de la surveillance

Lire la suite »

LETTRE OUVERTE – 89 organisations appellent à libérer les défenseur.e.s des droits humains au Burundi

A l’attention de : L’honorable Solomon Ayele Dersso, président de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, L’honorable Rémy Ngoy Lumbu, vice-président de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, L’honorable commissaire Jamesina Essie L. King, rapporteure spéciale sur la liberté d’expression et l’accès

Lire la suite »
Retour haut de page